Tir à travers l\'hélice

Expériences de Garros-1914

Références

Illustrations

Références

 

 

"Le système de pare-balles mis au point par de Rose et Garros en 1914, même s’il constituait un grand progrès pour l’aviation de chasse, n’en restait pas moins assez précaire car il réduisait la vitesse de l’appareil ainsi que le rendement aérodynamique de l’hélice qui était maltraitée à chaque impact de balle. C’est pourquoi de Rose, toujours soucieux d’obtenir une rentabilité maximum, encouragea le jeune ingénieur Alkan, sergent mécanicien à la MS12, à étudier un dispositif de tir synchronisé. Au début de l’année 1916, celui-ci réussit à installer un mécanisme permettant la synchronisation du fonctionnement de la mitrailleuse avec le mouvement de rotation de l’arbre de l’hélice. Alkan réalisa ce dispositif pour une mitrailleuse Lewis. Il consistait en une liaison mécanique qui assurait pendant le tir une dépendance rigoureuse des mouvements respectifs de l’hélice et de la mitrailleuse. De cette façon, la balle tirée traversait le champ de l’hélice à un instant où aucune pale ne se trouvait sur la ligne de tir. Par la suite, ce système fut adapté à une mitrailleuse Vickers et mis en service sur le front en mai 1916 31."
Source: Martinot-Lagarde (commandant), « Les moteurs d’avions », 1914-1918. L’aéronautique pendant la Première Guerre mondiale, Paris, 1919, p. 166

Réf: P. Belleroche, L'Histoire du combat aérien, Editions du Sagittaire, 1941, p 30 et 31
"La mitrailleuse sera fixée rigidement au fuselage de l'appareil et placé à côté du pilote, de façon que celui-ci puisse recharger l'arme.
...
Le pilote qui sera seul à bord, visera avec l'appareil au moyen d'une hausse et d'un point de mire disposés devant lui sur le capot; lorsque le pilote jugerra que le but peut être atteint, il mettra en marche, au moyen d'un système simple d'embrayage, le percuteur de l'arme qui, commandé par le moteur, débitera des balles à raison d'environ 7 à la seconde.
...
Comme l'hélice se trouve devant le pilote, il y a lieu de prévoir un système de commandes spéciales pour que le moteur fasse partir le coup lorsque l'hélice a une disposition telle qu'elle ne puisse être atteinte par la balle. Un tel dispositif est facile à réaliser, et nous comptons vous en présenter un modèle sous deux ou trois semaines environ."
 
Lettre de l'ingénieur Raymond Saulnier au Ministère de la Guerre le 5 mai 1914.
Le ministère ne jugea pas bon de donner suite.

...
Février 1916 Le sergent Alkan poursuit ses expériences de mise au point du tir synchronisé à travers l'hélice à l'escadrille N 12 (JMO VIème armée)