Secret défense

Démonstration des frères

L'Ecole Henri Farman

 

Une démonstration des frères Wright, 10 octobre 1908

 

wright 1908b v¨Dans la soirée mémorable du 10 octobre 1908, en présence des aviateurs Delagrange et Farman et de la comission nommée pour l'achat du brevet Wilbur Wright, celui-ci vole avec M. Painlevé de l'Académie des Sciences.

En 1906, le commandant du génie Bonel est envoyé aux Etats-Unis pour négocier, avec les frères Wright, l'achat de leur appareil. Les commissaires furent invités à exiger de l’appareil à acquérir les conditions essentielles suivantes : Voler à 300 mètres de hauteur; parcourir un circuit fermé de 50 kilomètres; pouvoir emporter un passager en plus du pilote; sortir par des vents de 10 mètres à la seconde. La somme à offrir aux frères Wright, pour la cession de leur invention, était fixée à un million. Les exigences financières des Wright, qui pensent avoir trouvé la solution définitive du vol, font traîner les négociations. Les pourparlers échouèrent parce que les frères Wright refusèrent de souscrire aux conditions de vol indiquées par le département. 

Pendant ce temps, les constructeurs français ont fait d’importants progrès.

Les négociations sont néanmoins reprises par Wilbur Wright, en 1907, en vue d'acquérir une version biplace pouvant emporter un observateur aérien. Elles ne réussirent pas davantage

tissandierb vFinalement la Compagnie générale de navigation aérienne achète leurs brevets aux frères Wright.

Cependant, le ministre de la Guerre ne comptait pas exclusivement sur les inventions qui pouvaient lui être apportées du dehors. Il chargea, outre Charles Renard, divers officiers, Horschneck, Ferber, Brianchon, Lucas-Girardville, Dorand de se livrer à des recherches sur l’aviation.

Il surveillait en même temps les tentatives faites en France par divers constructeurs Blériot, Voisin, Antoinette, Farman et prescrivait d’entrer en pourparlers avec eux. (La Nouvelle Revue, 1911)

Bibliographie:
Les Wright et l’armée française : les débuts de l’aviation militaire (1900-1909)
Sylvain Champonnois