L'organisation du concours

Les avions engagés

Les pilotes engagés

L'Ephéméride du concours

Dans la presse

Après le concours

Autres constructeurs malheureux

Les Résultats

La Revue Aérienne

 Les pilotes engagés

Frank Barra                                            

Frank Barra

Né le 9 février 1886.
Brevet civil (Aéro Club de France) N° 171 du 9 août 1910.
Brevet militaire N° 547 du 30 août 1914.
Affecté à l’escadrille N 26 pendant la guerre de 14-18. Trois victoires probables :
1 LVG C à l'est de Maurepas le 12 juillet 1916 en collaboration avec le sergent de Rochefort, 1 biplace contraint à l'atterrissage le 4 août 1916, 1 ballon le 5 août 1916.
Accidenté le 2 octobre 1916, il a, après sa convalescence, été affecté, fin 1916, à la seconde annexe de la Réserve Générale de l’Aéronautique, à Matougues (dans la Marne).

 André Beaumont

André Beaumont

Jean Louis Conneau (1880-1937), est plus connu sous le pseudonyme d’André Beaumont avec lequel il courait.

Lieutenant de vaisseau, il remporta en 1911 trois des épreuves aéronautiques les plus difficiles: Paris-Rome, le premier Circuit d'Europe et la Round Britain Race.

 Henri Bill

Henri Bill

Né le 27 novembre 1886 Brevet de l’Aéro Club de France n° 205 du 29 août 1910. Pilote chez Henry Farman puis chez Nieuport. Chevalier de la Légion d'Honneur en 1951.
Décédé le 30 novembre 1965.

 bregi

Henri Brégi

Né le 4 décembre 1888, décédé le 12 janvier 1917.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 26.
Ingénieur électricien. En octobre 1910, Henri Brégi devient le sapeur Brégi. Il est attaché au centre d'aviation militaire de Douai et dès lors va devenir le grand spécialiste des aéroplanes Breguet. Le 13 septembre 1911, sans convoyage, ni ravitaillement, il relie Casablanca à Fez par Rabat et Meknès. De 1912 à 1914, il se spécialise dans l'hydraviation et participe aux grandes épreuves. Et c'est sur un hydravion qu'il devait trouver la mort, en 1917, partant bombarder un sous-marin allemand au large de Toulon, il fut contraint à un amerrissage brusqué qui fit capoter l'appareil. Tandis que bombardier et mécanicien s'en tiraient indemnes, Henri Brégi, secouru trop tard, périt noyé.

Maurice Colliex 

Maurice Colliex

Né à Lyon, le 16 juin 1880, décédé le 15 décembre 1954. Brevet civil N° 85 de juin 1910.
Fidèle coéquipier de Gabriel Voisin, c’est lui qui fera la démonstration des capacités du « canard » et permettra à Voisin de doter la Marine de son premier hydravion.
Lors de la première guerre mondiale Colliex est mobilisé à l'escadrille V 14, puis est affecté comme chef pilote successivement à Pau, Avord et Ambérieu.

Jean Desparmet 

Jean Desparmet

Né le 31 Juillet 1884, mort le 27 octobre 1911 lors du Concours de Reims.
Il passe son brevet de pilote le 23 mars 1911 avec le numéro 451, probablement à Bron. Pilote aux Etablissements Blériot à Etampes, il a été l’un des premiers à pratiquer l’acrobatie aérienne et à «voler sur le dos». Il passe son brevet militaire le 12 octobre 1911 sur Blériot à Etampes

Gaston Dubreuil 

Gaston Dubreuil

Décédé le 10 décembre 1957.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 423.

 

Jules Fischer

Brevet de l’Aéro Club de Belgique du 26 juin 1910.
Pilote sur biplan Farman N° 12 à la 2ème semaine aéronautique de Champagne en 1910.

 Joseph Frantz

Joseph Frantz

Né le 7 Août 1890 à Beaujeu (Rhône), décédé le 12 Septembre 1979.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 363 du 3 février 1911.
En 1909, il entre comme apprenti mécanicien chez De Pischoff et Koechlin.
Le 5 octobre 1914 avec le mécanicien Quenaut il abat un aviatik, ce qui est la première victoire homologuée du conflit.
Frantz fonde en 1922, « Les Vieilles Tiges » association aéronautique d’entraide pour les anciens pilotes, qu’il préside de 1963 à 1978. Remobilisé en 1939 et promu capitaine, il commande à Bordeaux le Groupe de Transport 33/106.

 Louis Gaubert

Louis Gaubert

Né le 6 juin 1879, décédé le 9 avril 1959.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 59 en mai 1910.
Breveté militaire N° 565 le 30 août 1914.
Adepte du Wright dont il assure les exhibitions. Vainqueur de l’Aéro-cible Michelin en 1912.
Après un passage au front dans l’escadrille MF 25 en 1914 (2  Citations à l’ordre de l’armée), il est nommé à la réception des appareils militaires.
Créateur de l'aérodrome de Roosevelt Field, près de New York entre deux-guerres.
Résistant actif lors de la seconde guerre mondiale.

 Marcel Goffin

Marcel Goffin

Né le 14 août 1885 à Bagnolet, décédé le 10 février 1916. Brevet de l’Aéro Club de France N° 284 du 8 novembre 1910.
Affecté à l’escadrille C 51 au début du conflit mondial, il rejoint le SFA début 1916 pour procéder avec Ponche à la mise au point du Tubavion. Le 10 février 1916 l’avion s’écrase au sol.

gouguenheim 

Pierre Gouguenheim

Né le 19 février 1892 à Paris, ayant passé son brevet civil le 3 février 1911 (N° 388), Pierre Gouguenheim fut pendant plusieurs années le chef pilote du terrain d'Etampes Aviation. Chef pilote chez Maurice Farman.
Affecté en octobre 1914 à l'escadrille DO 22.

 
Marcel Hanriot

Marcel Hanriot

Né le 8 juin 1894, décédé en mars 1961.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 95.
Benjamin des pilotes, breveté à 16 ans.
Dès 1910 on le voit dans les meetings de Rouen, Mulhouse, le Havre, Deauville, au deuxième grand meeting de Champagne, à Caen, à Dijon, à Beaune.
Elève-pilote en Août 1914, il, suit le parcours classique et est affecté au Camp Retranché de Paris. Grièvement blessé, il est affecté à la supervision des fabrications de plus de 800 avions qu’il réceptionne.

Maurice Herbster

Maurice Herbster

Né à Paris, le 2 janvier 1870, mort le 31 août 1951. Brevet civil N° 41 du 8 mars 1910. Mécanicien de Henry Farman.
Rejoint la société Astra en 1911, puis Les Fils de Regy Frères en 1913.

hespel p

Joseph d’Hespel (Comte)

Né le 9 août 1890, tombé au Champ d'Honneur le 16 octobre 1918.
Brevet de l’Aéro Club de Belgique du 27 juillet 1910.

René Labouret.

René Labouret.

Né le 8 mars 1880. Brevet de l’Aéro Club de France N° 222 du 29 août 1910.
Brevet militaire n° 546 en date du 30 août 1917 ( ?).
Vainqueur en août 1912 du Concours d’hydravions de Saint-Malo sur Astra.

Émile Ladougne

Émile Ladougne

Né le 6 juillet 1881, décédé le 26 janvier 1953.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 81.
On le verra à la Grande Semaine de Champagne de 1910 où il bat le record mondial de vitesse avec passager, au meeting de la Baie de la Seine, en Angleterre à Doncaster et en Russie à Gatchina.
Devenu constructeur il remporte le concours militaire italien de 1913.
En 1914 il est affecté au CRP, aux escadrilles BL 18 et BL 30 avant de terminer la guerre comme instructeur à l’école d’Ambérieu.

Hubert Latham

Hubert Latham

Hubert Latham est né à Paris le 10 janvier 1883 et est mort au Tchad le 7 juin 1912 lors d’un safari.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 9.
Pilote d’essai de la société Antoinette il échoue par deux fois en 1909 à traverser la Manche.
Grand triomphateur du premier meeting de Reims en 1910 (records de distance et de hauteur), il participe comme sapeur réserviste aux manœuvres militaires.

Alfred Leblanc Alfred Leblanc
Brevet de l’Aéro Club de France N° 17.
Né le 13 avril 1869, mort en 1921.
D’abord champion aéronaute, il se passionne pour l’aviation dès 1908. Bras droit de Blériot, il participe à tous les grands meetings : Rouen, Deauville, Reims, Coupe Gordon-Bennett. Grand vainqueur du Circuit de l’Est avec 12 h. 56 de vol effectif.
En 1914 malgré son âge il se fait affecter comme instructeur à l’école de Dijon avant de rejoindre le SFA pour superviser la construction des Spad.
 

René Level

Décédé pendant le concours de Reims le 14 octobre 1911.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 321.
Détenteur du record du monde de vol avec passager le 31 juillet 1911 avec une durée de 3 heures 35 minutes 15 secondes pour un parcours de 241.79 kilomètres.
A participé à la course Paris Rome avec passager.

Michel Mahieu

Né le 1er octobre 1891, mort le 3 mai 1918.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 168. Brevet de pilote militaire n° 169 du 9 octobre 1912. Comandant de l'escadrille VB 114. Tué au nord-ouest de Hain (80). Victoire du 22 novembre 1914. "… donna la chasse successivement à trois avions allemands, força deux d'entre eux à atterrir et abattit le troisième par le feu de sa mitrailleuse."

René Moineau

Naît à Lisieux le 11 août 1887. Mort le 5 octobre 1948 à Bruxelles.
Brevet de pilote N° 544.
Mobilisé en août 1914 comme pilote, il est d’abord affecté à l’escadrille Breguet 17. Après un passage au Camp Retranché de Paris, il sert au SFA (Service des Fabrications de l’Aviation).
En 1916 Il s’associe aux établissements Salmson et dessine le Salmson-Moineau SM-1, avion de reconnaissance atypique (moteur placé transversalement entrainant deux hélices) construit à 150 exemplaires.
Il crée en 1924 sa société Avions René Moineau et restera plus connu comme l’inventeur de la pompe qui porte son nom.

Olivier de Montalent

Né à Roncherolles-en-Bray le 15 septembre 1890. Décédé à Rouen le 24 août 1913.
Brevet de pilote N° 509 du 24 mai 1911.
Il trouve la mort le 24 août 1913 avec son mécanicien Métivier à Rouen dans la course Paris-Deauville sur un hydravion biplan Breguet U1.

Louis Paulhan

Né le 19 juillet 1883.
Brevet de l’Aéro Club de France N° 10.
Il se fait connaître en 1910 au meeting de Reims comme pilote Farman. Il est le grand vainqueur en janvier 1910, du meeting de Los Angeles dont le prix est de 250'000 francs
En 1914 il est affecté à la MF 99 puis la N 85. Il obtiendra la Croix de guerre avec Palmes.
Commandeur de la Légion d'Honneur en 1936.

Maurice Prevost

Né à Reims le 22 septembre 1887, décédé à Neuilly-sur-Seine le 27 novembre 1952. Brevet civil N° 475, brevet militaire N° 38.
Recordman du monde de hauteur avec passager (3.200 mètres) en décembre 1911. Recordman du Monde de vitesse en 1913. Vainqueur de la Coupe Schneider en 1913 à Monaco.

Eugène Renaux

Né à Paris le 27 janvier 1871 et décédé le 25 novembre 1955 (à 84 ans).
En Juillet 1910, Eugène Renaux obtient son brevet de pilote d'aéronef, numéro 139, auprès de Maurice Farman, puis participe à de nombreux meetings : Caen, Nantes ou Dijon.
Le 7 mars 1911, il remporte le prix Michelin d'aviation en effectuant un vol Paris/ sommet du Puy de Dôme en 5h 10 alors qu'il n'a que quelques mois de pilotage à son actif.

Jules Charles Toussaint Védrines

Né le 21 décembre 1881 et mort le 21 avril 1919.
Brevet de l’Aéro Club de France le 7 décembre 1910.
Vainqueur de la course Paris-Madrid le 26 mai 1911.
Etablit la première liaison aérienne France-Égypte en 1913.
Avec son avion « La Vache » il se spécialise dans les « missions spéciales » lors de la première guerre mondiale, missions consistant à emmener et rechercher des « espions » derrière les lignes allemandes.
Personnage haut en couleurs, il atterrit sur le toit des Galeries Lafayette en 1919. Victime d’un accident mortel dans l’inauguration de la ligne Paris Rome.

John Verrept

Né le 12 avril 1887 et mort le 17 Avril 1912.
Brevet de l’Aéro Club de Belgique N° 38 le 14 avril 1911.
Chef pilote à l’école Borel.
Lors du meeting d’avril 1912, après une exhibition de près de trois quart d’heure, on vit l’avion de Verrept plonger droit vers le sol à très vive allure et s’écraser.
La rumeur courut qu’il s’agissait d’un suicide suite à un chagrin d’amour. La famille Verrept gagna son procès en diffamation à cet égard.

René Vidart

Né le 24 juillet 1890 et mort le 2 novembre 1928.
Gagne Paris-Rome en 1911, puis le meeting de Plan-les-Ouates (Suisse).
Crée son école de pilotage à Ambérieu. Affecté au CRP et dans diverses escadrilles (C 34 à Belfort) lors de la première guerre mondiale. Sévèrement blessé au bras, il terminera la guerre successivement comme instructeur à l’école de Pau, puis détaché chez Robert Esnault-Pelterie à Lyon.


Charles Terres Weymann

Né le 2 août 1889 à Port au Prince en Haïti, mort à Paris en 1976.
En 1910 il participe successivement au meeting de Reims puis au Circuit de l’Est.
En Septembre il échoue dans la tentative Paris-Puy de Dôme du Concours Michelin.
En 1911 il participe au vol de Paris- Madrid, puis Paris-Rome, ainsi qu’au Circuit européen.
En 1912, il représente les États-Unis dans la 3e Coupe Gordon Bennet et la gagne à plus de 125 km/h. En 1912 il se tourne vers les hydravions (Monaco, St Malo). Après la Première guerre mondiale, il se reconvertit dans la fabrication de carrosseries pour automobiles.

 

 

Manoeuvres de l'Est

Concours d'aviation militaire

Situation