Historique

 Historique

Circulaires de 1916 -Réorganisation 1917

 

Une note du Ministre de la Guerre du 22 mars 1916 avait fixé comme objectif mensuel la formation de 140 pilotes par mois, soit 23 pour le bombardement, 65 pour l’artillerie, 52 pour le combat.
Le 11 avril 1916 une nouvelle circulaire du Ministère modifie ces objectifs des écoles de pilote.
La formation des pilotes doit fournir 200 pilotes par mois.
« Ainsi que je vous l’ai fait connaître verbalement, les Ecoles d’Aviation devront, jusqu’à nouvel ordre fournir, à partir du 15 avril 1916, un effectif mensuel de 200 pilotes formés, c’est à dire de pilotes ayant passé le brevet d’aviateur militaire, et suivi l’instruction dans une Ecole d’application.
Ce nombre de 200 permettra de donner satisfaction à tous les besoins.
La répartition de ces pilotes sera, par spécialité et par marque d’appareils, la suivante : 
                           50 pour le bombardement formés sur avions Voisin
                           40 pour la chasse sur avions Nieuport
                           pour l’artillerie, 60 sur avions Maurice Farman, 10 Voisin et 40 sur Caudron.
En ce qui concerne le perfectionnement les écoles sont spécialisées de la manière suivante :
Ecole de bombardement                                  Avord
Ecole d’observation pour l’artillerie       Châteauroux
Ecole de combat                                             Cazaux puis Pau. »

Complémentairement la formation de 70 Observateurs bombardiers est fixée comme objectif, le nombre d’observateurs mitrailleurs à former ne faisant pas l’objet de prévisions.

 Référence:
Général Adolphe Girod

 Sous l'impulsion de Girod une réorganisation générale intervient en 1917.

La nouvelle organisation, qui perdure jusqu’à l’armistice, se répartit ainsi en une école préparatoire à Dijon ( pour non officiers), 
cinq écoles de pilotage à 
Ambérieu (avions Voisin), Chartres (avions Caudron), Châteauroux, Étampes et Istres (avions Nieuport), 
trois écoles de transformation à 
Avord, Châteauroux et Istres
trois écoles de perfectionnement 
pour la chasse à 
Pau 
et les vols de nuit à
Avord et Istres
deux écoles d’application à 
Biscarosse pour la chasse et 
le Crotoy pour le bombardement, 
une école de tir aérien à 
Cazaux 
et trois écoles de mécaniciens et conducteurs à 
Bordeaux, Dijon et Lyon où se trouvent les dépôts