Représailles

Représailles

 

-----
 
Télégramme chiffré du 2 septembre 1916 :
"Le Général en chef télégraphie ce qui suit : « […] Je lève interdiction bombardement par avion en Alsace en ce qui concerne parcs aviation Habsheim et Colmar. Toutes précautions seront prises pour que localités n’aient pas à souffrir d’opération »."
 
-----
 
Q.G. du G.A.E.
Note pour les Groupes de Bombardement, 8 mai 1917

 
"Les objectifs suivants : gares de Sierentz, Blotzheim, Leopoldshöhe, Lörrach, Saint-Louis ; hangars à dirigeables de Friedrichshafen, trop voisins du territoire suisse, sont rayés du plan de bombardement."
 
-----
 
Q.G. du G.A.E.
Note du 1er octobre 1917

 
"I. Dès que le général commandant le G.A.E. en donnera l’ordre (en principe après qu’elles auront exécuté quelques bombardements dans la région industrielle de la Sarre), les 2 escadrilles Br 117 et 120, du G.B. 5, entreprendront des bombardements de représailles sur les objectifs suivants :
 
Ville d’Offenburg, ville de Lahr, ville d’Etenheim, ville d’Emmendingen, ville de Fribourg, ville de Müllheim, ville de Staufen.
 
Les tracts qui devront être lancés à chaque expédition porteront : « En représailles des bombardements sur Dunkerque, les 2, 3, 4 septembre 1917. »
 
II. Les bombardements commenceront par ceux que les escadrilles pourront effectuer en partant d’Ochey. Pour effectuer ceux sur les villes plus au Sud, les deux escadrilles s’installeront à Luxeuil.
 
III. Objectifs intermédiaires pour le cas où les expéditions ne pourront aller jusqu’au but fixé :
Gare de Molsheim, terrain d’aviation de Schlestadt [Sélestat], terrain d’aviation de Colmar, terrain d’aviation d’Ensisheim, terrain d’aviation d’Habsheim, terrain d’aviation de Sierentz.
 
IV. Ces bombardements auront lieu en liaison avec les escadrilles de combat de Chaux et de Corcieux, qui iront à la rencontre des avions de bombardement au retour." 

L'effort technique

Tensions entre le front et l'arrière

Représailles